Publications par catégorie

Archives de catégorie Grèce

Grèce : SYRIZA se suicide (avec l’aide des Américains)


Par Dimitris Konstantakopoulos
10 novembre 2023

Un certain nombre de cadres de première ligne suivis par de nombreux cadres et membres (des vrais, pas comme les électeurs de Kasselakis) ont fortement désapprouvé l’élection du nouveau président de SYRIZA, une élection qui a été un scandale, à la fois en termes de procédure suivie et en termes d’incompatibilité de Stefanos Kasselakis avec toute idée de la gauche. Nous en avons parlé en détail dans nos articles précédents (à titre indicatif https://www.defenddemocracy.press/lacking-moral-political-and-representative-legitimacy-the-election-of-kasselakis/)

Sans parler des fonds de provenance et d’origine inconnues utilisés pour la campagne électorale de M. Kasselakis ou du soutien d’une partie importante des médias de l’oligarchie. Certes, il s’agissait là d’une manière bien étrange pour un parti de gauche d’élire son leader.

L’élection de Kasselakis, un homme qui est si directement lié aux intérêts américains et les représente sans avoir aucun lien avec la gauche, la politique et la société grecques (il aurait pu être destiné à la Nouvelle Démocratie, mais lorsque la brèche s’est ouverte dans SYRIZA, il y a été envoyé) constitue un nouveau maillon dans la chaîne de désintégration et de dégénérescence de la gauche grecque et un nouveau jalon majeur dans le cours de la colonisation profonde du pays. En ce sens, elle intéresse le peuple grec dans son ensemble, et pas seulement les membres et les partisans de l’Alliance progressiste SYRIZA.

Nous nous souvenons que Stefanos Kasselakis n’a exprimé pratiquement aucune idée politique spécifique avant d’être élu président de SYRIZA, si ce n’est la nécessité d’étendre les droits des LGBTI pour qu’ils soient égaux à ceux dont jouissent les États-Unis, tandis que sa première réaction aux événements de Gaza a été de « soutenir le peuple d’Israël ». Dans un passé pas si lointain, il a écrit sous un nom de plume des articles avec des positions de pur néolibéralisme dans le journal d’ultra-droite gréco-américain « National Herald » et lorsque le journal Efimerida ton Suntakton a révélé ses écrits, il ne les a pas désavoués, mais a répondu qu’il ne se souvenait pas de ce qu’il avait écrit ! Alors que Nikos Filis (La gauche radicale renouvelée n’est pas une parenthèse que l’on refermera) a souligné à juste titre le caractère cohérent, néolibéral et contraire aux idées de la gauche des idées qu’il a exprimées en parlant – et en fait en faisant passer des examens – devant les industriels grecs.

On peut se demander si sa mission est simplement de « conservatiser » SYRIZA ou si ce qui est recherché par les forces derrière lui est finalement de ridiculiser et d’humilier les idées de la gauche et la politique en général. ;Si ce que nous disons ne nous engage pas et que nous pouvons l’oublier demain sans conséquences, alors la politique est complètement abolie en tant que tentative d’organiser la vie de la société par ce biais.

Malheureusement, bien sûr, la maladie qui pourrit SYRIZA est beaucoup plus profonde, et c’est pourquoi il a finalement été possible de transférer une personne comme Kasselakis et d’en faire le président d’une opposition qui, sous sa direction, sera soit, très probablement, dissoute, soit, moins probablement, émergera comme un deuxième parti du type Mitsotakis, un pilier d’un « système bipartisan à parti unique », une Coalition non pas de la Gauche radicale, mais plutôt d’une escroquerie radicale.

Du « non aux mémorandums » au « oui à tout »


SYRIZA n’a pas accédé au gouvernement et n’a pas été catapulté à sa position dans la politique grecque parce qu’il avait de grandes idées pour le pays ou pour l’Europe, mais en dépit des idées qu’il avait. Tout cela est devenu possible lorsque Tsipras a adopté en 2011 les idées de Spitha de Mikis Theodorakis et d’autres intellectuels anti-mémorandum sur les mémorandums et les prêts, rejetant les analyses des économistes de SYRIZA. Il a été lancé électoralement comme le parti du « Non », un « Non » à l’asservissement, au pillage et à la destruction de notre pays. Il a adopté les idées, mais ne les a pas comprises et ne s’est pas préparé à ce que leur adoption impliquait. Il n’a pas cherché à devenir un gouvernement pour appliquer ses idées, il a plutôt utilisé ses idées pour devenir un gouvernement, et non pas pour les appliquer, mais plutôt pour ne pas les appliquer Il s’est finalement tourné vers les Américains et les Israéliens en pensant qu’ils résoudraient ses problèmes, et non vers lui-même, le parti, le peuple organisé et les alliés qu’il pourrait avoir au niveau international. En outre, ce parti est devenu un gouvernement sans même avoir une vision cohérente pour le pays et tout ce qu’il a réalisé en tant que gouvernement a été une mise en œuvre plus sociale du mémorandum. Dans le même temps, au lieu de résister, il a plutôt renforcé la dépendance du pays à l’égard des États-Unis et d’Israël, préparant ainsi l’orgie à laquelle nous avons assisté après 2019.

Devenu, dès 2015, le parti du « Oui » aux puissances étrangères, il portait néanmoins certaines sensibilités sociales qui lui ont permis de cancaner dans les années qui ont suivi, favorisé par le caractère antinational, antisocial et totalitaire du régime de Mitsotakis, mais aussi par l’absence d’autres alternatives crédibles sur sa gauche.

Avec Kasselakis, SYRIZA institutionnalise sa transformation d’un parti du « Non » en un parti du « Oui permanent » à l’oligarchie et aux étrangers, quoi qu’ils demandent. La seule raison pour laquelle le système international a besoin de Kasselakis et d’autres personnes de son genre en Grèce est qu’eux seuls, complètement indépendants du pays et de ses traditions et complètement dépendants des centres étrangers, peuvent faire des choses qu’un politicien grec « normal » aurait beaucoup de mal à faire. Son apparition est également un signe avant-coureur des nouvelles catastrophes qui se profilent pour le pays.

C’est pourquoi le nouveau leader est obligé de pousser au départ tout membre, quelles que soient ses autres idées, qui conserve encore des liens idéologiques avec la gauche, comme Filis, Skourletis, Tzoumakas. Lorsqu’il aura terminé ce travail, il jettera certainement Polakis et ceux dont il a maintenant besoin pour éliminer le premier groupe. Kasselakis n’a pas besoin de collaborateurs politiques, il a besoin d’employés.

Une transformation similaire a déjà eu lieu avec la ND et le PASOK, qui ont perdu depuis longtemps toute caractéristique nationale et démocratique, mais nous avons ici un degré supplémentaire de montée en gamme. Ils ont placé à la tête du parti une personne qui n’a pas le moindre lien avec la gauche ou la Grèce. Il n’est pas exclu que même l’intelligence artificielle soit utilisée pour produire le « Kasselakis politique ».

Les trois « tribus » de SYRIZA


Face à ce phénomène de dégénérescence profonde de la gauche, les cadres de SYRIZA se divisent en trois catégories. Ceux qui, avec un excès de cynisme et d’opportunisme, sont devenus les hommes de main du nouveau leader, visant les avantages matériels et autres qu’ils auront. La vieille garde de Tsipras, qui ne digère pas Kasselakis, mais ne veut pas non plus risquer une rupture avec lui et les conséquences pour leur carrière. Et ceux qui, à leur décharge, résistent et ne l’acceptent pas.

Mais ils semblent également très confus quant à ce qu’ils vont faire. Il est maintenant largement répandu que beaucoup de ceux qui s’opposent à Kasselakis vont quitter le parti immédiatement. Si les choses se passent ainsi, on peut se demander pourquoi ils partent avant d’avoir mené une lutte concertée, au sein de leur propre parti, en demandant la convocation d’un congrès extraordinaire, une modification du mode d’élection du président et l’élection d’une nouvelle direction.

Mais derrière les problèmes stratégiques se cache aussi un embarras politique. L’opposition, qui a suivi Tsipras et SYRIZA dans la plupart de leurs transformations ovidiennes, n’a pas aujourd’hui de projet cohérent et attrayant pour son parti, son camp politique et le peuple grec. Le débat dans les rangs de SYRIZA est caractérisé par une extrême confusion quant aux enjeux. À l’exception de Tzoumakas, personne n’a posé la question simple et fondamentale de savoir ce que faisait Kasselakis au CSIS, l’un des principaux centres du « Parti de la guerre » américain, de l’impérialisme américain. Ou ce qu’il faisait chez Goldman Sachs, l’antre du capitalisme néolibéral et l’architecte de la catastrophe grecque. La plupart des gens évitent, comme le diable évite l’encens, de mentionner le nom de cette banque infâme. De même, ils n’ont pas demandé ce que Tsipras lui-même a fait en Amérique cet été.

Ainsi, au lieu de la question « voulons-nous un pion américain à la tête de la gauche ? », la question est devenue « aimez-vous Filis, Tsakalotos et Achtsioglou ? ». Mais la réponse dépend de la question posée.

Il convient de noter que c’est ainsi que les superpuissances transatlantiques de la communication ont organisé les triomphes électoraux de Mitsotakis et de Kasselakis. Au lieu que la campagne électorale soit dominée par la question « Aimez-vous Mitsotakis ? » (comme au second tour des élections locales), la question posée était : « Aimez-vous SYRIZA ? ».

La même chose s’est produite pour les opposants à Kasselakis : ils n’ont pas de modèle de gauche attrayant à offrir, en dehors des idées à peine populaires et sans rapport avec les besoins dramatiques du pays de la « revendication des droits de l’homme » (**), où il leur est impossible de rivaliser avec Kasselakis ; ils évitent de soulever le problème principal pour le pays aujourd’hui, c’est-à-dire la dépendance étrangère (quand on pense que même le système de surveillance n’est pas grec, mais israélien) ; ils sont incapables, dans un pays qui commence à mourir de faim, d’intégrer les interventions sociales nécessaires dans un plan national réaliste.

Au moment où le pays est confronté à de terribles problèmes et a plus que jamais besoin de l’opposition et de la gauche, celles-ci sont en train d’être démantelées. La « gauche existante » grecque dans son ensemble et dans toutes ses versions est en faillite. Les besoins sociaux et nationaux du peuple grec nécessiteront probablement d’autres sujets, totalement nouveaux, pour y répondre.

Ayant dans cet article, comme dans beaucoup d’autres cas, sévèrement critiqué la direction de SYRIZA, nous ressentons le besoin de vous rappeler que, quoi qu’on puisse leur reprocher, la responsabilité fondamentale de la tragédie de la Grèce, n’est certainement pas la responsabilité de Tsipras et de ses amis qui n’ont pas su y faire face et l’ont aggravée, mais la responsabilité des deux principaux partis du pays qui ont livré le peuple grec aux prêteurs dans un état de servitude et, derrière eux, des forces de l’Occident collectif, l’Allemagne, l’UE, la BCE, le FMI (USA), qui ont attaqué avec toute leur puissance de feu un petit pays européen, le détruisant de manière exemplaire dans leur tentative d’établir le nouveau totalitarisme européen et mondial. Même si ce n’est pas un problème qui peut être résolu demain, il est bon de le garder à l’esprit comme le problème le plus central auquel le peuple grec est confronté et sera confronté dans l’avenir immédiat et à moyen terme.

(*) Même si nous supposons que SYRIZA n’a pas mis en œuvre son programme anti-mémorandum parce qu’il a rencontré des difficultés « objectives » insurmontables – ce qui n’est pas notre point de vue – de toute façon, il n’a pas fait de préparatifs pour mener une bataille et il n’a pas donné de bataille – même dans un tel cas, un parti de gauche et une direction de gauche devraient expliquer au peuple et à l’opinion publique européenne et internationale, avec honnêteté, ce qu’il fait ou ne fait pas et pourquoi.–L’ironie de l’histoire est qu’en proclamant bêtement qu’elle avait sorti le pays des mémorandums, la direction de SYRIZA a abandonné son principal atout, celui pour lequel le peuple grec a voté pour elle, à savoir qu’elle était une force anti-mémorandum.

(**) Même dans le texte des 1.300 opposants à Kasselakis, il y a, par exemple, une référence à la nécessité d’affronter le « nationalisme », et ce dans un pays qui est devenu une colonie de quatrième classe, et où même Simitis décrit le prétendu développement de Mitsotakis comme le pillage de la propriété grecque ! Il est surprenant de constater que les mêmes forces qui parlent aujourd’hui de combattre le « nationalisme » n’étaient pas en désaccord avec Tsipras lorsqu’il a solennellement adopté la provocation frauduleuse de Netanyahou au sujet d’EastMed et de la prétendue alliance avec Israël, qui nous a ensuite presque conduits à une guerre avec la Turquie sans raison, a réveillé toutes les revendications turques et a créé les conditions de l’actuelle course désastreuse aux armements avec le voisin. Si pour la droite d’aujourd’hui, la politique étrangère est devenue l’application des ordres des États-Unis et d’Israël, pour toutes les versions de la gauche, c’est certainement son talon d’Achille. Ses cadres ne pensent pas politiquement, ne font pas une « analyse concrète de la situation concrète » (Lénine), ne comprennent pas le rôle et l’importance de la question nationale aujourd’hui et en Grèce, mais se positionnent en termes idéologiques (à peine crédibles et élaborés) et font de la politique en termes autoréférentiels, pas en relation avec la réalité, pas en termes nationaux.

Note : Cet article est la traduction par Christos Marsellos d’un article publié en grec le 10 novembre sous le titre La malédiction de Kasselakis (Κασσελάκειον ‘Αγος) Depuis lors, l’un après l’autre, des groupes de cadres de SURIZA et de son organisation de jeunesse quittent le parti.

Source http://www.defenddemocracy.press/68647-2/

Grèce, fin de cycle politique

Le scrutin du 25 juin dernier en Grèce a amplifié les tendances révélées par celui du 21 mai : domination à un haut niveau de la droite au pouvoir depuis 2019, poussée de l’extrême-droite, au sein de laquelle réapparaît un pôle néonazi qui prend le relais d’Aube dorée, poursuite de la déroute de Syriza, faible progression du Parti communiste (KKE), échec des autres forces de la gauche radicale, en particulier de la coalition autour du parti de Yanis Varoufakis et d’Unité populaire sous la bannière de MeRA25-Alliance pour la Rupture. 

La démission d’Alexis Tsipras de la direction de Syriza, le 29 juin dernier, dans une ambiance lugubre, symbolise à elle-seule la fin d’une époque. Une époque qui a commencé au printemps 2010 avec l’imposition d’une thérapie néolibérale d’une brutalité inouïe et la mise sous tutelle du pays par l’UE, qui s’est poursuivie avec une vague impressionnante de mobilisations populaires et la montée au pouvoir en janvier 2015 d’une formation de la gauche radicale jusqu’alors aux marges du système politique et qui s’est achevée sept mois plus tard par la capitulation de cette même formation face aux diktats de l’UE et par la destruction de l’espoir que ce petit pays a représenté pour les forces progressistes pendant ces années de tumulte. 

Dans cet article, Mariana Tsichli, co-secrétaire d’Unité Populaire, analyse les traits principaux de ce cycle électoral et politique et formule quelques propositions pour la reconstruction de la gauche radicale dans la période difficile qui s’annonce. 

***

Le scrutin du 25 juin a validé et approfondi les changements enregistrés lors de celui du 21 mai. Trois éléments de dégagent :

– La Nouvelle Démocratie (ND) de Mitsotakis a cristallisé sa domination sur la scène politique.

– Le déclin de Syriza s’est accentué, le privant de sa fonction d’opposition capable accéder à moyen terme au pouvoir, quelle que soit l’évolution de ce parti au cours de la prochaine période.

– Le Pasok n’a pas réussi à dépasser le score atteint lors du scrutin de mai. Εntièrement contrôlé par les centres de pouvoir, traversé en interne par de stratégies contradictoires, ce parti ne peut constituer un pôle revendiquant l’alternance gouvernementale.

Dans l’ensemble, la séquence électorale de mai et juin débouche sur un renforcement de la droite et de l’extrême droite et une défaite majeure de la gauche. Ce résultat tout à la fois reflète et produit des déplacements idéologiques et politiques.

La droite a obtenu en juin un total de près de 55% des voix ; pour la première fois depuis 1974, elle obtient une majorité des votants. Sa reconstruction et l’expansion de son influence sont évidentes. La poussée de l’extrême droite est tout autant révélatrice de cette radicalisation à droite d’autant qu’elle s’exprime à fois par reconstitution d’un pôle néonazi [les Spartiates] et par l’émergence, ou la consolidation, de  formations obscurantistes et complotistes [Solution grecque et Niki : Victoire]. La remontée limitée du Parti communiste grec (KKE), ou le niveau élevé de l’abstention ne sauraient relativiser ce constat. En effet, tout au long de cette période, l’abstention a davantage affecté l’électorat de centre-gauche et de gauche que celui de droite. La forte augmentation de l’abstention au cours des dernières décennies reflète en partie une crise de légitimité des partis politiques, mais elle ne peut conduire à une délégitimation du pouvoir si elle ne s’accompagne pas d’une montée du mouvement populaire. Au contraire, en l’absence de  participation populaire à l’action politique et au processus parlementaire, la montée de l’abstention traduit un virage conservateur.

 Nouvelle DémocratieSyrizaPasokKKEMeRA25- Alliance pour la RuptureTotal extrême droite*Cap vers la liberté (Zoé Konstantopoulou)Antarsya(coalition d’extrême-gauche)
2023 (juin)40,617,811,87,72,513,53,20,3
2023 (mai)40,82011,57,22,611,22,90,5
201939,831,58,15,33,47,61,50,4
2015 (janvier)27,836,34,75,57,30,6
2012(Juin)29,726,912,34,58,50,3
2012(Mai)18,816,813,28,510,51,2

Les raisons du succès de la droite

Le principal facteur à l’origine de la victoire électorale de la ND est la recomposition sociale de grande ampleur qui résulte de la thérapie de choc imposée par les trois Mémorandums conclus entre l’UE et les gouvernements successifs. Cette stratégie de stabilisation du capitalisme grec a connu un succès relatif même si celui-ci demeure à des niveaux nettement inférieurs à ceux d’avant la crise. Ce processus a produit des gagnants (dont le poids dans la représentation politique s’est accru) et des perdants (dont la représentation et la présence politique se sont réduites).

Le résultat du cycle électoral est l’expression combinée des tendances de fond qui ont marqué la période à savoir, d’une part, les restructurations qui ont modifié les rapports de force en faveur du capital  et le recul corrélatif des formes organisées du mouvement ouvrier et, de l’autre, l’occupation de l’appareil d’État par la ND et son utilisation pour stabiliser autour de la bourgeoisie un bloc social qui inclut largement la petite bourgeoisie et certains secteurs populaires.

Dans ce contexte, la ND a profité de l’assouplissement des politiques budgétaires pendant la pandémie et de l’attitude favorable des cercles dirigeants de l’UE pour canaliser d’importantes ressources (Fonds européens, excédents accumulés sous le gouvernement Syriza, excédents primaires) afin de stabiliser sa base sociale. Ces fonds ont pour la plupart été alloués aux secteurs bourgeois et aux classes moyennes supérieures. Toutefois, une partie a également été distribuée aux petites entreprises et aux travailleurs indépendants. Ces aides ponctuelles ont contribué à atténuer, dans une mesure limitée, les effets directs de la crise sur les couches populaires.

Les grands médias ont également joué un rôle important dans le maintien de la base électorale de la ND, malgré ses politiques agressives, ses échecs majeurs et le scandale des écoutes. Pour la première fois depuis la chute de la dictature, le système médiatique soutient en bloc le parti au pouvoir, alors que l’opposition n’a ni base médiatique propre ni accès significatifs aux grands médias. Les médias se sont ainsi efforcés, et ont en partie réussi, de redresser l’image du gouvernement après la catastrophe ferroviaire de Tempi, comme ils l’ont fait durant les années précédentes. Les erreurs commises par l’opposition pendant la période électorale, principalement, mais pas seulement, par Syriza, ont eu un effet réel, mais secondaire, sur le résultat des élections, en alimentant un sentiment d’insécurité parmi une partie des électeurs à la recherche de « stabilité et de normalité ».

La stratégie de la bourgeoise grecque

Après 2015, tous les secteurs de la bourgeoisie ont cherché de manière coordonnée à créer les conditions de domination d’un seul pôle sur la scène politique et en même temps une configuration d’ensemble avec un seul parti dominant (de droite) et deux partis faibles (de « centre-gauche ») incapables, à moyen terme, de revendiquer l’alternance gouvernementale. L’agressivité dont ont fait preuve les centres de pouvoir à l’égard de Syriza montre qu’un postulat fort répandu à gauche n’est pas valide en tout circonstance : la bourgeoisie n’a pas nécessairement besoin d’un système politique bipartisan pour maintenir la stabilité politique à travers un mécanisme d’alternance entre les deux pôles et neutraliser/intégrer de cette façon les classes populaires. 

En même temps, au cours de cette période, le bloc au pouvoir en Grèce est dominé par des secteurs capitalistes moins dépendants que par le passé d’une stratégie de développement à long terme. La remontée visible des profits et du taux de profit n’est pas obtenue au moyen d’une reprise significative de l’accumulation capitaliste, mais par la compression de la valeur de la force de travail et les opportunités créées par la mise à l’encan des richesses naturelles et des infrastructures publiques suite à la thérapie de choc imposée par les Mémorandums. Les raisons du soutien absolu accordé par la bourgeoisie grecque à la ND évolution trouvent, pour une part, leur origine dans cette évolution.

La trajectoire de Syriza 

Le scrutin de juin a accentué le recul de Syriza, qui enregistre une perte cumulée de plus de 1,3 million de voix depuis 2015. Seule une fraction réduite de cet électorat s’est déplacée à gauche, tandis que la majeure partie s’est tournée soit vers la droite, soit vers l’abstention. En particulier au cours de la période 2019 – 2023, la majeure partie des pertes de Syriza s’est tournée vers la droite, même dans les zones populaires et celles à prédominance ouvrière. Les interprétations qui attribuent la défaite électorale de Syriza exclusivement à son virage à droite s’avèrent simplificatrices dans la mesure où il n’y a pas eu de renforcement substantiel des formations politiques sur sa gauche. Ceci dit, le reniement du « non » du référendum de 2015 et le virage néolibéral qui s’en est suivi ont sans aucun doute façonné le substrat des tendances idéologiques et politiques qui ont déterminé le résultat de ces élections.

Une autre voie aurait exigé un choix radicalement différent de la part de son groupe dirigeant dès le premier trimestre de 2015, bien avant le référendum, alors que les signes de la dégradation de la situation se multipliaient. Une stratégie politique alternative aurait nécessité un deuxième scrutin, et non une alliance avec ANEL [parti souverainiste de droite qui a participé au gouvernement de 2015 à 2019], une rupture des négociations avec la Troïka, un arrêt du remboursement de la dette, l’utilisation des réserves existantes et la recherche d’autres alliances économiques et politiques au niveau international autour de l’axe émergent des BRICS. 

Il s’est avéré que Syriza n’avait ni la structure organisationnelle, ni les liens avec les secteurs sociaux et les références internationales qui lui auraient permis de diriger une alliance de classe populaire et mener un tel conflit avec le capital grec, les appareils d’État et les puissances impérialistes. Syriza dans son ensemble n’était absolument pas préparé politiquement, socialement et idéologiquement à une rupture de cette ampleur. Son ascension électorale était basée sur le mécontentement social et la volonté de larges couches de la population d’imposer une politique différente pour arrêter la chute rapide de leur niveau de vie. Cependant, ce mouvement social avait des limites politiques et idéologiques quant au niveau de conflit qu’il était prêt à assumer. Syriza se présentait comme une solution intermédiaire, à moindre coût. D’une part, il répandait un discours flatteur assurant qu’il serait facile de négocier avec les centres impérialistes européens un changement de politique sans recourir à un conflit majeur. D’autre part, le fait qu’il ait été orienté, tout au long de son parcours antérieur, vers le bloc impérialiste d’Europe occidentale offrait certaines garanties, non seulement à la bourgeoisie, mais aussi aux couches populaires et petites-bourgeoises à la recherche d’un changement de politique mais sans rupture radicale.

Le sens de la remontée du KKE

Pour la gauche radicale, le résultats des élections de mai et juin signale également un virage conservateur, dans la mesure où le seul pôle qui en sort renforcé est le KKE. Celui-ci est désormais la seule force à gauche de Syriza à être représentée au Parlement. Sa capacité à conserver une base organisée, qui lui permet d’être en contact direct avec des secteurs populaires dans des conditions de réalignement de leur positionnement politique, a été un facteur décisif de sa progression électorale. Il faut cependant également tenir compte du fait qu’il a profité d’un traitement bienveillant de la part des médias qui l’ont présenté comme un parti de gauche « sérieux et responsable ». Le KKE est ainsi reconnu par le système comme un parti de protestation qui, à chaque moment critique, a été un facteur de stabilisation. 

L’interprétation du résultat électoral par le KKE lui-même est à cet égard révélatrice. Celui-ci y voit une justification de sa stratégie au cours de la période 2012-2015, c’est-à-dire de sa position sur le mouvement d’occupation des places [qu’il a dénoncé], le référendum de juillet 2015 [lors duquel il a appelé au vote nul], ou sur la zone euro [hostile à la sortie]. Il est de ce fait incompréhensible que certains courants de la gauche radicale aient appelé implicitement ou explicitement à soutenir électoralement ce parti alors qu’ils se sont frontalement opposés à ses choix pendant les 13 dernières années. Quoi qu’il en soit, le KKE n’a réussi à attirer qu’une petite partie des électeurs qui se sont détournés de Syriza. Malgré son succès relatif, à mesure que se cristallisent les effets des politiques néolibérales et autoritaires, les possibilités d’intervention du KKE se réduiront également, tant qu’il ne changera pas d’orientation politique.

L’échec de la gauche radicale 

Une partie confuse du vote de gauche s’est orientée tourne vers la formation de Zoé Konstantopoulou (Cap vers la liberté), qui ne peut cependant pas être considérée comme une force de gauche.  Cette formation a bénéficié d’une grande visibilité dans les principaux médias, qui traduit une forme de soutien par certains centres de pouvoir soucieux de réduire l’influence de Syriza et des formations de gauche telles que MeRA25 – Alliance pour la Rupture.

Le résultat de MeRA25-Alliance pour la Rupture, qui n’a pas réussi à atteindre le seuil de 3% pour entrer au parlement, est un échec pour la gauche dans son ensemble. Le résultat de juin était dans une large mesure déterminé par la dynamique négative du résultat de mai, dynamique qui ne pouvait pas être inversée dans le peu de temps qui séparait les deux scrutins. Dans ce contexte, le maintien du score à un niveau légèrement en deçà de 3% est un point d’appui dans une situation d’ensemble défavorable. 

L’une des principales raisons de l’échec se trouve dans l’incapacité de MeRA25 à nouer, au cours des quatre dernières années, des liens organiques avec des secteurs des classes populaires, même à petite échelle. De ce fait, sur une grande partie du territoire, la diffusion du message de la coalition était dépendant de sa présence dans les médias et les réseaux sociaux. Cette situation a limité les possibilités de contenir les pertes produites par la stigmatisation de MeRA25 par l’ensemble des autres formations et par les principaux médias.

Toute erreur tactique lors de la campagne a ainsi eu des effets démultipliés. Mettre en avant un programme quasi-gouvernemental, même s’il contenait des éléments de rupture avec les principaux axes de la stratégie néolibérale (garantie des logements menacés de saisie par les fonds spéculatifs, création d’une banque de développement, reprise de contrôle du système bancaire, abolition du fonds de privatisation, remise en cause de la dette publique, etc.) était un choix inappropriée pour une petite formation de gauche qui luttait pour entrer au parlement. 

Au-delà de ces questions tactiques, sont apparues des erreurs stratégiques qui affectent la gauche radicale dans son ensemble, mais aussi Syriza. Le cycle électoral a révélé une incapacité aigüe à comprendre les évolutions et reclassements au sein des couches populaires mais aussi l’épuisement de l’énergie qui a alimenté au cours des années 2010-2015 la montée de Syriza et le « non » au référendum.  Le succès de la droite, l’effondrement de Syriza, mais aussi l’échec du MeRA25-Alliance pour la rupture sont liés au rejet de la possibilité d’une répétition d’une crise comme celle de 2015. Cette période est vécue comme un traumatisme par de larges couches de la population, non seulement par les plus riches, mais aussi par celles et ceux qui ont un emploi relativement stable ou même une pension. Elle reste également comme celle de la perte de l’espoir pour les couches qui se retrouvent laminées par la crise et la thérapie néolibérale de choc. L’insistance – lors de la campagne pour le scrutin de mai – de MeRA25-Alliance pour la Rupture sur le clivage de 2015 n’a pas pris en compte le basculement du rapport de forces politique et idéologique qui s’est produit au cours des huit dernières années.

Outre l’épuisement des énergies du « non » de juillet 2015, est également apparue une forme d’épuisement de l’espace qui a émergé de la séquence de rupture de 2015 qui concerne toutes les formes de dissidence de gauche, que ce soit celles issues de Syriza ou d’Antarsya. En refusant de rejoindre, ou de soutenir, le regroupement tenté par MeRA25-Alliance pour la Rupture, certaines forces de la gauche radicale ont manqué une opportunité cruciale de peser sur le rapport de forces politique global. Elles ont commis la même erreur qu’Antarsya en 2015, ne réalisant pas qu’en l’absence de représentation institutionnelle d’un courant de la gauche radicale, il n’y a pas de terrain favorable à une recomposition des forces. 

En ce qui concerne Antarsya, ses résultats ont confirmé l’effritement de cet espace politique depuis plus de dix ans. Le maintien obstiné d’un discours d’agitation axé sur la « révolution anticapitaliste » s’est, une fois de plus, révélé autoréférentiel, narcissique et inefficace. Au terme d’une période de crise sociopolitique de portée historique, pendant laquelle des millions de travailleu.se.rs se sont, dans un premier temps, déplacés vers la gauche, puis ont pris le chemin inverse, ou se sont abstenus, Antarsya se retrouve à un étiage inférieur à celui des forces qui l’ont précédée au cours des années 1990 et 2000.

La nécessaire réorientation de la gauche

Le rapport de forces actuel permet une accélération significative de la politique du gouvernement Mitsotakis et la consolidation, sous certaines conditions, de sa domination à moyen terme sur la scène politique. Cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de contradictions ou de place pour les luttes sociales, ni que ce rapport de forces ne peut être remis en question. Le caractère agressif et autoritaire de la politique de la ND suscitera des mécontentements et des résistance. De plus, les dernières années ont montré que les positions politiques et électorales se caractérisent par une grande fluidité et que les relations organiques de la société avec les partis politiques ont été démantelées.

La possibilité d’une intervention sur ce terrain dégradé exige un travail patient et une orientation résolument unitaire. L’aspect clé d’une telle stratégie consiste à aborder les questions de l’heure et les fronts de lutte qui en découlent avec un discours simple et compréhensible et par des pratiques susceptibles d’impliquer les secteurs populaires. Cette stratégie reconnaît le caractère défensif dans lequel se trouve actuellement le mouvement social et combine les délimitations politiques nécessaires avec des réponses aux questions cruciales pour les classes populaires, telles que la santé publique, l’éducation, l’inflation et la coût de la vie, la crise du logement. 

Un travail à plus long terme est également nécessaire afin d’élaborer de nouveaux éléments programmatiques qui remettent en question le modèle de développement du capitalisme grec et donnent forme à l’opposition aux intégrations impérialistes (UE, OTAN). Cette orientation devrait également prendre la forme d’une unité d’action, avec la création de cadres d’intervention unifiés dans les mouvements sociaux et les syndicats afin de construire des liens durables avec des secteurs, même minoritaires, des classes populaires. Le combat antifasciste constitue un front distinct de très grande importance qui exige des cadres spécifiques.

Au niveau politique, il s’agit de construire un réseau de forces, d’organisations, de militants non-encartés ou qui se sont retirés de l’action politique ou qui seront, au cours de la période à venir, à la recherche d’une issue de gauche à la crise de Syriza. Cet espace devrait inclure la totalité du spectre qui va de MeRA25 aux organisations de la gauche radicale qui sont disposées à participer à un cadre unitaire, à dépasser les désaccords et des blocages passés et à promouvoir des relations de respect et de parité. Un tel processus pourrait commencer à se concrétiser lors des prochaines élections municipales et régionales [qui auront lieu en octobre prochain], créant ainsi des conditions favorables pour un cadre commun en vue des élections européennes de 2024. 

*

Texte initialement paru dans Jacobin Greece le 13 juillet 2023, traduit pour Contretemps par Stathis Kouvélakis.

Note

* En juin 2023, les formations d’extrême droite représentées au parlement sont les Spartiates, parti néonazi qui se présentait pour la première fois et qui prend le relais d’Aube Dorée (4,7%) et les deux formations de type alt-right : Solution grecque (4,4%), représentée au parlement depuis 2019, et Niki (Victoire) qui se présentait pour la première fois lors du scrutin de mai 2013 et qui obtient en juin 3,7%. Aube Dorée entrait au parlement en 2012, avec 7 et 6,9%, respectivement aux scrutins de mai et juin 2012, puis de nouveau en janvier et septembre 2015, avec respectivement 6,3 et 7% des suffrages. Elle avait obtenu 2,9% en 2019, dernier scrutin où elle s’est présentée sous son nom, en-deçà du seuil d’entrée au parlement (3%).

Source https://www.contretemps.eu/grece-syriza-nouvelle-democratie-cycle-politique/

Guerre hybride



Par Dimitris Konstantakopoulos

Le pire gouvernement de tous les temps et les divers lobbies de la corruption, de la déraison et de l’extrême droite qui tentent de l’aider, essaient maintenant d’attribuer la responsabilité d’une catastrophe nationale énorme et largement évitable aux immigrés, aux agents turcs et russes ou aux extraterrestres.

Avant, c’était la crise climatique. Certes, il y a la crise climatique, mais c’est une raison pour faire plus, et non moins, face aux répercussions des phénomènes climatiques extrêmes qu’elle provoque !

Comme le changement climatique ne suffit plus à justifier la destruction sans précédent de la Grèce et la responsabilité du gouvernement dans cette destruction, on utilise des expressions au sens insondable comme « guerre hybride » et « menaces asymétriques » pour expliquer le bordel grec. Plus une expression est pompeuse, plus elle impressionne. Plus elle est incompréhensible et obscure, moins on la soumet à la critique et à l’examen. C’est la pire des relations publiques.

Même la Cour suprême s’est mobilisée pour trouver les bandes criminelles qui mettent le feu aux bois. Mais elle n’a pas besoin de fouiller les forêts de Thrace (nord-est de la Grèce). Il suffirait d’enquêter au Maximou (bâtiment où se trouve le bureau du Premier ministre grec) et dans les ministères pour constater que rien ne fonctionne ni dans l’État ni dans le gouvernement et que cet État et ce gouvernement sont incapables de faire face aux incendies ou à tout autre problème du pays. Tous les Grecs intelligents savent ce qui intéresse exclusivement le gouvernement et l’État. Nous supposons que les honorables hauts magistrats le savent également.

Attendent-ils vraiment de cet État et de ces hommes politiques qu’ils nous protègent contre les incendies, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire même à une époque bien meilleure ?

Et s’ils veulent connaître les bandes criminelles qui opèrent en Thrace, pourquoi ne demandent-ils pas à M. Mitsotakis, qui surveille tout le monde (ou bien aux services secrets israéliens qui ont mis en place le réseau de surveillance) ?

On ne peut certainement pas exclure que certaines personnes allument des incendies. Il ne s’agit pas, bien sûr, des immigrés ou des agents russes et turcs, mais, plus probablement, des cercles corrompus bien connus des entreprises de construction grecques de toutes sortes (qui entretiennent généralement d’excellentes relations avec le gouvernement). Historiquement, ils sont à l’origine de nombreux incendies nécessaires au « développement » de l’immobilier.

Quoi qu’il en soit, pourquoi personne ne se fait prendre ?

Le chef des forces armées s’est rendu en Thrace avec ses commandos pour effectuer des patrouilles, l’État répandant à nouveau des rumeurs sur des incendiaires inconnus !

Bien sûr qu’il y a une guerre. C’est une guerre bien réelle, lancée par le gouvernement, les médias totalitaires systémiques (qui ont surpassé les médias de la dictature, bien qu’avec des méthodes différentes), notre monde journalistique, intellectuel et universitaire entremêlé et toutes les versions d’une extrême droite stupide qui a été libérée à la suite de l’incroyable gâchis de la gauche et du centre-gauche grecs de toutes les nuances. C’est la guerre menée par l’indescriptible « élite » grecque et le gouvernement de ce pays contre l’esprit, l’intégrité, la mémoire et la dignité des citoyens grecs.

D’accord, admettons que les immigrés, les Turcs et les Russes ont allumé les incendies. Les immigrés, les Turcs et les Russes ont-ils provoqué la collision des trains en mars dernier ? Les ambulances étaient-elles à temps pour atteindre les patients qui sont morts en les attendant ? Ont-ils détruit le pont de Patras, tuant les personnes qui se trouvaient en dessous ? Ont-ils détruit nos écoles et nos hôpitaux ? Ont-ils laissé nos aéroports et nos compagnies aériennes sans certification ? Ont-ils laissé les avions de lutte contre les incendies de Kanadair sans entretien adéquat, provoquant ainsi la mort de deux pilotes le mois dernier ? Les immigrés, les Turcs et les Russes ont-ils forcé nos politiciens à accepter des pots-de-vin de Siemens, Novartis et d’un millier d’autres entreprises ?

Dans l’état où se trouve l’État grec aujourd’hui, si des agents turcs et russes le voulaient vraiment, ils l’auraient littéralement fait exploser.

Les scandales et les crises se produisent dans d’autres pays. Ce n’est que dans les pays à peu près « normaux », c’est-à-dire les pays qui conservent des perspectives et des possibilités de survie, qu’ils provoquent une sorte de réaction corrective. En Grèce, ils provoquent des écarts encore plus importants par rapport au mode de fonctionnement normal de l’État.

Le pays ressemble à un patient en phase terminale, souffrant d’une défaillance de plusieurs organes…

PS. Une question majeure et très importante qui n’était pas le sujet de cet article est le cannibalisme de l’État grec pendant treize ans en application des programmes coloniaux destructeurs imposés par l’Allemagne, l’UE et le FMI, qui fonctionnent toujours – malgré les mensonges des partis politiques grecs – ,et qui resteront en vigueur jusqu’en 2060, en supposant que la Grèce existe encore à ce moment-là.

Alors que la crise climatique rend nécessaire la création d’une infrastructure beaucoup plus résiliente, l’infrastructure grecque n’a fait l’objet d’aucun nouvel investissement, tandis que le personnel de l’État et les dépenses gouvernementales ont été réduits de façon spectaculaire en application des « programmes de sauvetage » imposés par les puissances européennes et le FMI à la Grèce.

Les désastres actuels, et ceux encore plus graves à venir, sont programmés par les programmes de sauvetage.

Aux résultats matériels des politiques européennes, il faut ajouter les résultats moraux et psychologiques non négligeables de la pression exercée sur le pays.

PPS . Nous rappelons que les pompiers et la protection civile ont demandé, comme l’ancien ministre Alekos Papadopoulos, au premier ministre Kyriakos Mitsotakis de demander de l’aide à la Russie. Mais il semble que le gouvernement soit plus intéressé par le maintien de bonnes relations avec l’Amérique que par la sauvegarde des forêts grecques.

Traduit du grec Υβριδικός Πόλεμος | ΔΗΜΗΤΡΗΣ ΚΩΝΣΤΑΝΤΑΚΟΠΟΥΛΟΣ

Source http://www.defenddemocracy.press/hybrid-war/

Pour un débat sur la situation critique des incendies

Grèce : L’opposition critique Mitsotakis et le parti ND pour cette catastrophe sans précédent

23/08/2023

SYRIZA-PS demande un débat au Parlement au niveau des dirigeants politiques, dès que possible, sur la prévention et le traitement des incendies de forêt, la planification de la protection civile et la résilience du pays contre les conséquences de la crise climatique.

La décision a été prise après une discussion au sein du présidium du groupe parlementaire SYRIZA-PS. Selon le communiqué de presse du parti, « la réunion a exprimé la douleur de SYRIZA-PS pour la perte de nos semblables et la préoccupation intense pour la situation extrêmement critique sur les fronts de l’incendie et de l’énorme catastrophe environnementale. L’inadéquation et l’incompétence de M. Mitsotakis pour faire face une fois de plus aux incendies de manière opportune et efficace, a pour résultat que le pays, d’un bout à l’autre, est confronté à des conditions sans précédent, qui nécessitent la mobilisation immédiate des forces et le renforcement de l’appareil d’État. »

De son côté, le Parti communiste (KKE) a souligné que :

« La mort de dizaines d’êtres humains déracinés, retrouvés carbonisés dans la forêt de Dadia, est un horrible crime à plusieurs morts, qui met à mal toutes les justifications gouvernementales selon lesquelles la protection de la vie humaine est au cœur de la planification », souligne le Parti communiste grec dans une déclaration, à l’occasion de la tragédie indicible qui s’est produite à Evros.

Le KKE ajoute que « les personnes carbonisées dans l’Evros s’ajoutent à la longue liste des réfugiés et des migrants qui perdent la vie au cours de leur voyage de déracinement, contraints d’emprunter les routes les plus dangereuses pour éviter la répression et l’enfermement imposés par la politique de l’UE et des gouvernements ».

Dans le même temps, Αt ΚΚΕ note que « le mélange explosif de la politique anti-immigration et de l’absence totale de prévention et de planification anti-incendie, ne fait qu’engendrer de nouvelles tragédies, pour lesquelles les gens, Grecs et immigrés, paient le prix le plus lourd ».

Translated with DeepL

Source http://www.defenddemocracy.press/greece-the-opposition-criticizes-mitsotakis-and-the-nd-party-for-the-unprecedented-catastrophe/

Magda Fyssa sur l’entrée des nazis au Parlement grec

La mère de  Pavlos Fyssas assassiné par les néo-nazis condamnés , la femme qui porte la lutte antifasciste sur ses épaules depuis dix ans, qui a lutté pour voir, et a vu les néo-nazis d’Aube Dorée en prison, a fait des déclarations à l’occasion de l’entrée du parti néo-nazi « Spartans » au Parlement avec le « carburant » Kasidiaris.

« Réjouissez-vous d’eux. Vous les vouliez et vous les avez fait sortir. Certains ont travaillé pour cela. Je suis ici dans la rue et je me bats contre le fascisme que j’ai sur le dos », a déclaré Magda Fyssa, avant de poursuivre : « Vous avez tous travaillé pour obtenir le fascisme :

« Vous avez tous travaillé pour revenir au Parlement. Maintenant, si une partie ne voulait pas d’eux, les autres les voulaient. Toutes les chaînes disaient qu’il s’agissait de quelque chose de nouveau. Prenons maintenant la nouveauté que Kasidiaris est à l’intérieur…

Malheur à nous qui sommes dans la rue et qui combattons le fascisme depuis dix ans maintenant pour entendre un jour les Spartiates et que Kasidiaris soit à l’intérieur.
 
Quelqu’un a travaillé pour cela. Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais pas entendu dire que les Spartiates existaient en tant que parti et maintenant ils sont entrés au Parlement. La communauté qui les a fait émerger devrait s’en réjouir et savoir qu’ils nous trouveront contre lui et que nous ne reculerons pas ».

Source http://www.defenddemocracy.press/magda-fyssa-on-the-entrance-of-nazis-in-the-greek-parliament/

Élections en Grèce

Lendemain inquiétant

Crédit Photo Wikimedia Commons

Après la victoire de la Nouvelle Démocratie (ND) le 21 mai, on pouvait espérer pour ces nouvelles élections législatives que la gauche, sévèrement battue, allait opposer à Mitsotakis une dynamique d’unité minimum contre la droite et les fascistes qu’elle remet en selle.

Faute du moindre sursaut, la droite confirme sa victoire et va pouvoir poursuivre sa destruction des acquis et des valeurs démocratiques.

Un boulevard pour Mitsotakis and Cie

Certes, la victoire de ND est moins forte qu’espéré par certains : avec 40,5 %, elle perd 0,15 % et 290 000 voix par rapport à mai. Mais elle atteint l’objectif d’une majorité de députéEs (158, pour un seuil de 150) et a promis de « se mettre au travail » illico : universités privées, privatisations à outrance, confiscation de logements pour dettes, sur-tourisme… On a pu lire que ND séduisait par un apport de stabilité : sur fond de vie chère et de casse des services publics (d’où la catastrophe ferroviaire de Tèmbi), c’est tout le contraire ! Les menaces pour les travailleurEs et les jeunes sont d’autant plus fortes que le fiston Mitsotakis concentre des pouvoirs exceptionnels avec le soutien du grand patronat et que sa politique « à la chilienne » lui a fait placer à des postes clés des militants d’extrême droite, ultralibéraux et antidémocrates.

La campagne électorale de ND s’est appuyée sur un discours raciste et nationaliste crapuleux — un candidat s’est réjoui de la mort des centaines de réfugiéEs qui sinon « seraient venus voler ». Et une ouverture décomplexée à l’extrême droite a eu comme résultat soit le soutien de fascistes à ND, soit une publicité pour des groupes par ailleurs inexistants, comme Niki ou Spartiates, relayée par les réseaux talibans orthodoxes ou les messageries. Résultat : 3 groupes obtiennent au total 12,8 % et 34 députés, dont Spartiates, promu depuis sa prison par l’un des assassins en chef d’Aube dorée. Face à ce poison, pas encore structuré sur le terrain, la relance du mouvement antifasciste est cruciale.

Profonde défaite de la gauche

Toutes les composantes de la gauche ont perdu des voix : – 26 000 pour le KKE (PC grec) qui augmente un peu son pourcentage à 7,7 %, – 21 000 pour Mera (Varoufakis, 2,5 %) non élu. La coalition anticapitaliste Antarsya perd la moitié de ses voix (16 000 voix), passant de 0,5 à 0,3 %. C’est Syriza qui connaît la plus significative défaite : en perdant depuis mai 260 000 voix (désormais à 17,8 %), il perd en tout 860 000 voix depuis 2019. Certes, il reste le 1er parti d’opposition, mais son avenir devient alarmant, même si dans les banlieues populaires, il reste autour de 20 à 22 % (le KKE à 11-12 %). L’un des éléments de cette nouvelle défaite à gauche, c’est une très forte abstention : 47,2 %, soit 800 000 voix en moins depuis mai (sur 9,9 millions d’inscritEs, ce qui veut dire aussi que « seulE » 1 électeurE sur 5 a voté ND !) ! À cela, deux raisons : le départ des jeunes saisonniers pour bosser au service des touristes européens… Et aussi : alors que toute la gauche évoquait le risque d’une ND les mains libres, chaque parti a pourtant continué son offre boutiquière, avec attaques contre le voisin et tir groupé, plus contre Syriza que contre ND. Effet dissuasif prévisible et effectif ! C’est donc en très mauvais état que la gauche aborde une nouvelle étape aux dangers évidents, qui nécessitera vite de fortes mobilisations unitaires si on veut empêcher le « Orbán grec » d’aggraver sa politique au service des oligarques.

Athènes, le 26 juin 2023

Source https://nouveaupartianticapitaliste.org/actualite/international/grece-des-lendemains-inquietants

Infos Grèce par Yannis Youlountas

Prison pour Rouvikonas et autres nouvelles, ces dix derniers jours par Yannis Youlountas ·

Bonjour,

Quelques nouvelles de Grèce où nous nous trouvons encore, alors que plusieurs de nos compagnons de convoi viennent de repartir en France et que d’autres viennent à l’instant d’arriver. Depuis une dizaine de jours, l’actualité s’accélère ici.

1- Procès de Giorgos Kalaïtzidis et Nikos Porgiotis à Athènes :
TROIS ANS ET DEMI DE PRISON POUR DEUX MEMBRES DE ROUVIKONAS !

2- Révélations du New York Times (vidéo) qui confirment ce que nous disions :
L’ÉTAT GREC ASSASSIN EXPULSE DES ADULTES ET DES ENFANTS MIGRANTS SUR DES EMBARCATIONS PRÉCAIRES !

3- Résultats des élections législatives :
ABSTENTION RECORD EN GRÈCE, REFUS MASSIF DU SYSTÈME POLITIQUE, LA JEUNESSE ABSENTE DES URNES, TSIPRAS DÉFINITIVEMENT GRILLÉ

4- Suite du convoi solidaire dans les lieux autogérés en Grèce :
MERCI, MILLE FOIS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

5- Quatrième film documentaire en préparation :
NOUS N’AVONS PAS PEUR DES RUINES SORTIRA DURANT L’HIVER

1- Procès de Giorgos Kalaïtzidis et Nikos Porgiotis à Athènes :

TROIS ANS ET DEMI DE PRISON POUR DEUX MEMBRES DE ROUVIKONAS !

Deux membres du groupe anarchiste Rouvikonas viennent d’être condamnés lourdement pour avoir repeint en rouge et noir le parlement grec le 21 mai 2019.

Il y a quatre, la procédure avait rapidement été reportée sous la pression internationale, les ambassades de Grèce ayant été prises d’assaut sous différentes formes dans de nombreuses régions du monde durant le mois de juin 2019, à commencer par celle de Paris dès le 27 mai (photo ci-dessous).

Quelques semaines plus tard, en septembre 2019, la droite se ridiculisait à son tour. Le nouveau président du parlement, Konstantinos Tasoulas (à gauche sur la photo ci-dessous), annonçait en grande pompe « Une ligne… Maginot contre Rouvikonas » pour « empêcher les anarchistes de revenir. » À la demande du nouveau premier ministre Kyriakos Mitsotakis et de nombreux parlementaires anxieux, le président du parlement s’était réuni avec le chef de la police, Michalis Karamalakis (à droite sur la photo ci-dessous), et plusieurs « experts » pour mettre en place « un dispositif dans le but de renforcer la protection des députés et du lieu où ils se réunissent. » Le projet ? Une augmentation du nombre de caméras et de policiers autour du bâtiment, mais aussi des obstacles extérieurs supplémentaires, ainsi qu’une amélioration de l’arsenal à l’intérieur des lieux, au cas où il serait « pris d’assaut par les anarchistes. » Résultat : un grand éclat de rire en Grèce pour le choix de ce symbole, car on se rappelle que la ligne Maginot avait été un échec complet !

Finalement, un procès bâclé s’est déroulé ces derniers jours et le tribunal d’Athènes s’est dépêché de rendre son verdict durant les derniers jours de la campagne électorale contre les deux membres de Rouvikonas ! À la surprise générale, les trois juges ont décidé de frapper très fort : trois ans et demi de prison, pour un peu de peinture et quelques fumigènes!

Certes, Mitsotakis s’est immédiatement frotté les mains et s’en est servi durant la fin de sa campagne, mais rappelons que c’est sous le gouvernement Tsipras du printemps 2019 (avant qu’il soit battu par Mitsotakis en juillet 2019, que les poursuites ont été déclenchées contre les deux membres de Rouvikonas (qui demandaient simplement que les droits fondamentaux du prisonnier politique Dimitris Koufodinas soient respectés). À l’époque, les mots de Tsipras avaient été très durs, appelant à une « condamnation lourde et exemplaire » et ajoutant : « Une telle action de vandalisme est complètement antidémocratique et n’a rien à voir avec les luttes sociales ». Jusque-là, Mitsotakis accusait parfois Tsipras de protéger Rouvikonas : une rumeur absurde, bien sûr, mais à laquelle croyaient certains naïfs. Tsipras avait sans doute voulu se démarquer, un mois et demi avant les futures élections législatives du 7 juillet 2019.

Les libertaires avaient aussitôt réagi à ces propos avec des visuels comme celui-là sur Internet : « Quelles traces laissent les actions contre la « démocratie » ? De la peinture ! Quelles traces laissent les actions de la « démocratie » ? Faim, Pauvreté, désespoir, suicides, chômeurs, morts » (image ci-dessous).

Voilà pourquoi, aujourd’hui, le mouvement social en veut tout autant à Syriza qu’au parti de droite Nouvelle Démocratie pour cette procédure démesurée et cette sentence brutale contre les deux militants antiautoritaires. À la veille des élections, Giorgos Kalaïtzidis et d’autres membres du mouvement social ont publiquement appelé à boycotter Tsipras, dissuadant ceux qui envisageaient de pousser discrètement pour faire tomber Mitsotakis. Finalement, l’échec total de Tsipras ce dimanche est aussi lié à cette affaire. Même si les voix des révolutionnaires sont rares et peu nombreuses, en Grèce comme ailleurs, cela a clairement participé au refus de beaucoup de jeunes proches du mouvement social de se déplacer. Et puis surtout, personne en Grèce n’a oublié la violation du résultat du référendum de juillet 2015 par Tsipras sous la pression des principaux dirigeants européens. Rares sont ceux qui lui pardonnent. Pour beaucoup, Tsipras est définitivement grillé et ne reviendra plus jamais au pouvoir.

Sur quel principe le jugement du tribunal d’Athènes se base-t-il pour condamner aussi lourdement les deux membres de Rouvikonas ? Il existe en Grèce une vieille loi qui qualifie de crime toute profanation d’un monument historique. Hors, cette loi n’a jamais été utilisée. Et elle ne concerne que les monuments antiques ou médiévaux régulièrement entretenus par les services d’archéologie. Il se trouve que le parlement n’en fait pas partie : il est très récent et n’a aucune spécificité dans ce domaine. Durant le procès, l’avocate de Rouvikonas a parfaitement montré, preuves à l’appui, que le batiment centenaire n’est pas du tout suivi par les services d’archéologie. Elle a également rappelé qu’un des deux membres de Rouvikonas poursuivis n’a pas été identifié avec certitude. Il y a quelques jours, le procureur lui-même a proposé aux juges de requalifier le crime en délit, avec les conséquences que cela implique, en l’occurrence une condamnation beaucoup plus légère.

Mais, dans un climat politique délétère, en particulier une surenchère de discours sécuritaires qui a profité à la droite, les trois juges ont décidé de maintenir la qualification de « crime par profanation de monument historique » et ont finalement condamné à trois ans et demi de prison ferme les deux militants (l’amende est de 26400 euros).

Bien sûr, les deux membres du groupe anarchiste vont faire appel. Pour l’instant, ils sont encore en liberté, parmi nous. Mais la brutalité de l’État montre à quel point la situation s’est encore tendue ces derniers mois en Grèce, un peu comme en France, avec une répression sans cesse plus menaçante. Pour l’instant, cela ne freine pas le groupe dans ses nombreuses actions, un peu partout à Athènes et ailleurs, bien au contraire ! Le groupe a même essaimé dans toute l’Attique (cf carte) et les actions se sont multipliées cette semaine.

Dans ce contexte kafkaïen, toute initiative de solidarité à l’égard des membres de Rouvikonas condamnés sera la bienvenue : action, texte, photo, vidéo, soutien financier ou politique… Ou ne serait-ce qu’en relayant l’info. Merci d’avance !

Parmi les chansons de soutien à Rouvikonas, en voilà une francophone, signée Sid (qui est déjà venu en convoi avec nous) :
https://soundcloud.com/user-752405251/rouvikonas

Présentation vidéo de Rouvikonas : https://youtu.be/342ZzVVCm70

 

.2- Révélations du New York Times (vidéo) qui confirment ce que nous disions :

L’ÉTAT GREC ASSASSIN EXPULSE DES ADULTES ET DES ENFANTS MIGRANTS SUR DES EMBARCATIONS PRÉCAIRES !

Autre événement à la veille des élections grecques : le New York Times a choisi ce moment pour diffuser une preuve formelle des renvois d’exilés par la police grecque sur des embarcations précaires. Une pratique à la fois illégale et dangereuse. Une atteinte à la vie des personnes : adultes et enfants.

Voici la vidéo :
https://www.nytimes.com/2023/05/19/world/europe/greece-migrants-abandoned.html

Visible également ici : https://youtu.be/izf8KBLPYQ8

Malheureusement, selon plusieurs observateurs, cette vidéo n’aurait pas affaibli la candidature de Mitsotakis à sa réélection, bien au contraire. En effet, il semble qu’elle lui ait permis de racoler dans les rangs de l’extrême-droite. Des anciens leaders d’Aube Dorée souhaitaient qu’aucune voix n’aille à Mitsotakis (suite à leur impossibilité de se présenter aux élections). Mais l’image de migrants renvoyés brutalement a probablement séduit les anciens électeurs d’Aube dorée, aux dires de plusieurs journalistes, amplifiant ainsi le score du premier ministre sortant. La construction de l’immense mur à la frontière de la Turquie a également pesé en faveur d’un puissant report des voix de l’extrême-droite sur Mitsotakis.

 

Au fil des années, la condition des migrants et des réfugiés ne cesse de se détériorer en Grèce, à la porte de l’Europe. Nos lieux autogérés sont sans cesse harcelés, menacés ou expulsés. Mais on ne baisse pas les bras et les squats et collectifs d’accueil continuent de résister avec beaucoup de courage et de persévérance, parfois en modifiant un peu leur projet initial, par exemple en jumelant l’accueil des exilés et l’accueil logistique des réunions de collectifs de luttes (c’est par exemple ce que fait actuellement le Notara 26, à Exarcheia). Cela permet d’affirmer encore plus la dimension politique de nos squats de réfugiés/migrants en tant que membres à part entière du mouvement social, mais aussi cela encourage les organisations et groupes amis à veiller un peu plus sur les squats menacés d’expulsion : les soutenir et les protéger autant que possible.

Dernière minute :

Une embarcation de migrants a chaviré avant-hier au large de Mykonos. 17 personnes essayaient de rejoindre l’Italie depuis la Turquie : 11 hommes, 5 femmes et une fillette de 7 ans. Deux hommes ont été sauvés in extremis (un Syrien et un Palestinien). Trois corps ont été retrouvés : un homme et deux femmes. Tous les autres sont portés disparus, y compris la fillette de 7 ans. Les recherches se poursuivent aujourd’hui, en mer et le long des côtes de l’île touristique.

3- Élections législatives dimanche dernier :

ABSTENTION RECORD EN GRÈCE, REFUS MASSIF DU SYSTÈME POLITIQUE, LA JEUNESSE ABSENTE DES URNES, TSIPRAS DÉFINITIVEMENT GRILLÉ

Le parti unique de la droite a atteint les 40%. La gauche a fait un peu plus au total, mais elle a perdu car elle est divisée et très conflictuelle. L’extrême-droite n’est représentée dans le parlement que par le parti identitaire, clérical et complotiste « Solution grecque » (4,5%, 16 députés sur 300). Certes, on est loin du score de Le Pen et Zemmour en France, mais l’extrême-droite grecque est aussi une composante du parti de Mitsotakis jusqu’à son gouvernement : plusieurs de ses ministres sont des transfuges de l’ancien parti d’extrême-droite LAOS. Bref, les idées nationalistes et fascistes sont loin d’avoir disparues en Grèce. Elles sont encore en action un peu partout dans la société, au grand dam de toutes les personnes victimes et discriminées.

Concernant la remontée du PASOK, étonnante vu d’ailleurs en Europe, il faut comprendre que ce parti est l’un des seuls à avoir changé de porte-parole et candidat principal pour le poste de premier ministre. Cette petite remontée du score du PASOK, de 6% à 11% est donc une prime à la nouveauté, alors même que la lassitude est forte à l’égard des autres leaders politiques plus connus qui ont, pour beaucoup, trempés dans d’innombrables affaires.

En légère hausse, le parti communiste KKE (de 5 à 7%) a un peu profité de la chute de Syriza. Mais pas Zoé Konstantopoulou ni Yanis Varoufakis qui ont loupé de peu leur entrée au parlement, en se présentant l’un et l’autre : il fallait 3% des suffrages exprimés et ils n’ont atteint que 2,8% et 2,6%.

Sur quelle île la droite a-t-elle obtenu le score le plus bas ? Cette fois, ce n’est pas en Crète, mais sur l’île d’Icare (Ikaria). Comme le montre la carte ci-dessus, la droite n’a atteint que 19%, derrière le parti communiste (35%) et Syriza (22%).

En Crète, dans le département d’Héraklion, la droite a réuni 35% des suffrages exprimés (c’est la première fois qu’elle dépasse les 30%), l’extrême-droite stagne à 2% (le parti « Solution grecque ») et la gauche plafonne à 60% : Syriza 23% (en très forte baisse), Pasok 22%, KKE 5%, Mera25 3% (Varoufakis), Plesio Elefterias 2% (Zoé Konstantopoulou), autres partis de gauche 5%.

Quel est le premier parti de Grèce actuellement ? L’absention ! Près de 40% de Grecs ont refusé de voter (alors que le vote est censé être obligatoire) et 3% de ceux qui se sont déplacés ont glissé des bulletins blancs ou nuls : par exemple, la photo d’une chèvre dans plusieurs petits villages de Crète (île sur laquelle l’abstention a été plus forte qu’à l’habitude, ce qui a fait très mal à Syriza).

À Kastoria, près de la frontière nord de la Grèce, un mouton a été introduit dans un bureau de vote, scène immortalisée par une photo (ci-dessous) qui a fait le buzz jusqu’à la soirée électorale.

Et maintenant, que va-t-il se passer ? En fait, Mitsotakis ne veut pas d’une majorité relative. Il veut la majorité absolue. Il va donc se représenter le dimanche 25 juin, lors d’une seconde élection. En attendant, c’est le président de la Cour des comptes, Ioannis Sarmas, qui assure l’intérim. La loi prévoit que pour l’élection suivante, la prime au premier sera activée : jusqu’à 50 sièges en bonus (dans un parlement de 300 sièges). À ses yeux, c’est la garantie d’atteindre non pas seulement 51% des députés, mais 60%… ce qui lui permettrait de modifier la Constitution, projet qu’il caresse depuis longtemps ! Encore un projet autoritaire. Un de plus !

Seule une alliance Syriza-Pasok pourrait contrer la réélection de Mitsotakis le 25 juin. Mais plus personne ne veut s’associer à Tsipras et le nouveau chef du Pasok, Nikos Androulakis, espère percer progressivement jusqu’au pouvoir, en commençant par passer devant Syriza. Bref, de la cuisine politicienne dégoûtante, comme souvent. Un journal d’extrême-gauche présente ce casting comme celui d’un western, avec en titre sur l’affiche : « Le salopard, le traitre et l’ambitieux. »

Pendant ce temps, sur le terrain, des milliers de militants et de militantes mènent d’innombrables luttes concrètes, proposent l’exemple d’une autre façon de vivre ensemble, dans l’entraide, la concertation, l’intelligence collective, la création et la résistance, le respect de nos différences, la liberté de choisir sa voie, l’envie de changer profondément la société et non pas simplement la vitrine d’un système politique complètement à bout de souffle.

Non, je vous assure : Mitsotakis n’est pas apprécié en Grèce. Ce n’est pas vrai. Il est ridicule. Il est la risée des conversations, des caricatures, des détournements de photos… Et tout le monde sait surtout qu’il est pourri jusqu’à la moelle : on ne compte plus les affaires de corruption, d’écoutes téléphoniques illégales, d’entraves à la liberté d’expression, de violences policières, sans oublier le terrible accident de train lié à la privatisation sauvage des services publics sous sa responsabilité, qui a causé 57 morts il y a quelques semaines.

Mitsotakis est encore là parce que beaucoup ne veulent plus jouer à la roue de l’infortune : jeu pernicieux proposant des alternatives qui n’en sont pas — ou pas suffisamment. La plupart des médias de masse qui fabriquent l’opinion appartiennent aux milliardaires qui nous exploitent, par conséquent les règles du jeu électoral sont viciées. Les dés de la pseudo démocratie sont pipés. Dans le berceau historique du concept de démocratie (bien que réduite à une élite citoyenne masculine à l’origine), énormément de Grecs répètent en avoir « marre de [ce que beaucoup appellent] la démocratie anglaise » (démocratie représentative).

Il devient urgent de prendre nos vies en mains, de passer à la démocratie directe ou mieux encore : le fruit de la conscience politique n’est peut-être pas encore mûr, mais l’urgence est là, criante, dans tous les domaines. Et nous œuvrons ensemble, de toutes nos forces, dans ce sens. Pour montrer que cette voie utopique est non seulement possible et désirable, mais aussi indispensable.

4- Suite du convoi solidaire dans les lieux autogérés en Grèce :

MERCI, MILLE FOIS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

Beaucoup de camarades et compagnons de voyage ont été retardés par leur engagement dans les luttes en France et, encore plus, par une avalanche de soucis de santé. Malgré tout, les fourgons solidaires arrivent tant bien que mal, au fil des semaines, dans différentes régions de Grèce ! Une par une ou deux par deux, les arrivées se succèdent. Non seulement nous avons réussi à livrer la plus grande partie de ce que nous avons collecté en France (et un peu en Suisse et en Belgique), mais nous avons aussi effectué à plusieurs reprises des livraisons d’huile d’olive et de fruits et légumes de Crète, achetés à des paysans compagnons de luttes, grâce à vous !

 

Nous avons également transmis des soutiens financiers aux assemblées des lieux et collectifs (quand nous le pouvions) et nous sommes aussi allés faire des courses dans plusieurs villes accompagnés des mandatés de lieux ou collectifs dans le besoin, en utilisant nos fourgons pour transporter les achats nécessaires, parfois volumineux, ou encore pour aider à effectuer des déménagements, sans oublier le ramassage de mobilier donné à l’autre bout d’une même ville, mais qu’il nous restait à acheminer.

Parmi les nouveaux lieux aidés, nous avons apporté un soutien financier au squat Botanikos Gypos (« Jardin Botanique ») à Petroupoli, au nord d’Athènes. Ce lieu autogéré formidable a subi une attaque fasciste il y a un mois : tags nazis sur les murs extérieurs, cris et menaces dans le hall d’entrée…). Le squat Botanikos Gypos vous sera présenté, parmi d’autres, dans le prochain film documentaire, y compris les serres autogérées attenantes au bâtiment principal qui participent à ce projet original et prometteur.

Nous avons aussi participé à des tables rondes, des concerts, des animations, des chantiers solidaires, des rencontres-débats sur divers sujets, notamment avec Rouvikonas au K*VOX (photos), au Notara, mais aussi ailleurs sur le continent et en Crète, dans l’ouest et le sud de l’île. Et ce n’est pas fini !

Si jamais vous avez prévu d’aller en Grèce durant l’été (par la route et par ferry), contactez-nous : car nous avons encore quelques cartons en attente dans plusieurs régions de France (pas beaucoup et ce sont les moins urgents, mais ce serait bien qu’ils puissent profiter de votre voyage. Sinon, ne vous inquiétez pas, on se débrouillera autrement durant l’automne (surtout ne faites pas le voyage exprès pour ça).

Si vous voulez donner un coup de pouce financier, vous savez comment le faire. C’est toujours pareil : virement, paypal ou chèque.

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS
IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
Objet : « Action Solidarité Grèce »

2- Pour participer via PAYPAL, suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=LMQPCV4FHXUGY

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS
Adresse postale : ANEPOS – Action Solidarité Grèce – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

Contact, suggestions, propositions : solidarite@anepos.net
Tél. France 06 24 06 67 98 / Tél. Grèce (0030) 694 593 90 80

Et surtout n’hésitez pas à nous faire savoir à quoi ou à qui vous souhaitez que votre soutien soit transmis (frais de Justice de militant-es, cuisines solidaires, aide aux exilé-es…). On a l’habitude 🙂

5- Quatrième film documentaire en préparation :

NOUS N’AVONS PAS PEUR DES RUINES SORTIRA DURANT L’HIVER

Tout d’abord, on vous le répète : inutile de nous demander l’autorisation pour diffuser nos films, en particulier pour financer les caisses de grèves ou des frais de Justice. Tous nos films sont à votre entière disposition, en creative commons, à votre service pour faire réfléchir le public et soutenir les luttes en France aussi. Plusieurs dizaines de projections de nos trois films ont eu lieu depuis février. Servez-vous ! Ne nous demandez pas notre accord ! Nous sommes nos propres pirates !

Après Ne vivons plus comme des esclaves, Je lutte donc je suis et L’Amour et la Révolution, le quatrième opus sortira l’hiver prochain : Nous n’avons pas peur des ruines témoignera de la période de juillet 2019 à aujourd’hui. Le tournage a repris ces derniers mois, mais se termine actuellement. Le montage reprend également, une dernière fois. On avance bien, en bonne compagnie ! Et, comme vous le découvrirez, avec de belles surprises et de superbes musiques, donc plusieurs écrites pour le film.

En attendant, bonnes luttes ! Tenez bon !

De tout cœur avec vous depuis la Grèce, avec nos camarades et compagnons grecs, migrants et convoyeurs !

Vive la Sociale !

Yannis Youlountas po/ les membres de l’action

 

Gouvernement provisoire en Grèce

Ioannis Sarmas a prêté serment en tant que Premier ministre intérimaire

25 mai 2023   

Le président de la Cour des comptes, Ioannis Sarmas, a prêté serment en tant que Premier ministre d’un gouvernement intérimaire qui conduira la Grèce au second tour des élections, le 25 juin.

Peu après 16 heures, M. Sarmas, 66 ans, a prêté serment au palais présidentiel en présence de la présidente de la République hellénique, Katerina Sakellaropoulou.

Mme Sakellaropoulou lui avait donné l’ordre de former un gouvernement intérimaire mercredi, à la suite de ses réunions avec les dirigeants des trois principaux partis issus des élections du 21 mai. Tous les dirigeants ont successivement refusé les mandats exploratoires pour former un gouvernement….

Mitsotakis lui a souhaité « bonne chance » dans ses fonctions avant de lui remettre un volumineux dossier bleu contenant « toutes les informations nécessaires à l’exercice de ses fonctions et à l’information sur les questions et obligations nationales et internationales actuelles », comme il l’a indiqué.

Ioannis Sarmas devrait être le premier ministre intérimaire pendant les 32 prochains jours, si le second tour des élections du 25 juin produit un gouvernement et plus longtemps si un troisième tour est nécessaire.

Selon les médias, le gouvernement intérimaire sera composé d’une vingtaine de ministres dans les ministères essentiels et d’aucun ministre adjoint ou suppléant.

Source https://www.keeptalkinggreece.com/2023/05/25/sarmas-sworn-n-caretaker-pm/

Grèce : lourde défaite de la gauche plus que jamais divisée

Les élections législatives du 21 mai ont déjoué tous les pronostics, qu’il s’agisse de l’abstention, du score de la gauche ou des résultats du parti au pouvoir.

On attendait une forte abstention, mais elle s’est maintenue aux niveaux de septembre 2015 et 2019. On donnait très peu de chances de victoire à Syriza mais on attendait un écart de sept points maximum entre la Nouvelle Démocratie (ND) de Mitsotakis et Syriza. Il est de 20 points, avec une écrasante victoire de ND à environ 40,7 % (39,8 % en 2019), et un recul très inquiétant de Syriza, qui passe de 31,5 % en 2019 à 20 %, perdant environ 600 000 voix. Même si ND frôle la majorité en sièges, le plus probable en ce dimanche soir, en fonction des résultats définitifs, est qu’elle refusera un gouvernement de coalition et que de nouvelles élections auront lieu début juillet, avec un bonus au premier parti pouvant aller jusqu’à 50 députéEs.

Les premiers enseignements

Alors que sa politique de casse ultra-libérale a provoqué colères et mobilisations populaires, que les atteintes aux droits démocratiques sont des plus inquiétantes, les ressorts de la victoire de ND sont à l’évidence son contrôle de la plupart des grands médias, une campagne raciste et emplie de mensonges (Tsipras présenté comme complice des nazis… par un gouvernement qui a des ministres fascistes !). Mais un élément déterminant a été la division active de la gauche, faisant feu avant tout sur Syriza et s’entre-accusant systématiquement en mettant au second rang la table rase sociale de ND.

Syriza est le grand perdant de ces élections, n’étant en tête que dans une seule région au lieu d’une dizaine en 2019. Une partie de ses électeurs qui avaient quitté le Pasok après son alliance avec ND et un parti fasciste pour appliquer les mémorandums, semblent être retournés au Pasok, pourtant plus droitier que jamais mais qui regagne un peu (11,5 % contre 8,1 en 2019). Il faudra étudier où sont allées toutes les voix perdues, mais il est certain que Syriza dans l’opposition a continué à décevoir, étant bien peu présent dans les mobilisations. Cela dit, il reste perçu comme le principal parti de gauche pour dire non à Mitsotakis et ND. Par contre, ce résultat pourrait accroître la fragilité organisationnelle et militante de Syriza.

Éclatement à gauche

Dimanche soir, le KKE (PC grec) était satisfait, comme si le résultat catastrophique n’allait pas renforcer l’attaque de la droite extrême de Mitsotakis. Certes, en obtenant 7,2 % (5,30 en 2019), il progresse un peu nationalement, bien plus fort dans les banlieues ouvrières, mais son objectif de devenir le troisième parti est raté et, surtout, il n’ouvre aucune autre perspective politique que continuer à voter pour le KKE.

Comme attendu, le seuil de 3 % pour obtenir des députéEs, maintenu avec ces élections à la proportionnelle, fait passer de 8 % à 15 % les voix non représentées au Parlement. Au moins 6 % sont des voix de gauche, réparties entre l’Unité populaire, MeRA25 (Varoufakis), Plevsis (Zoé Konstantopoulou) et d’autres groupes ayant moins de 1 %. Parmi eux, nos camarades d’Antarsya qui, avec 0,5 %, ne font que maintenir un score qui n’aidera en rien à relancer une dynamique pour la construction d’une gauche anticapitaliste large, plus que jamais nécessaire face au fort recul de toute la gauche (environ 43 % en 2019, et 33 % en 2023).

Urgence d’une relance à gauche

Pour couronner le tout, notons le score du groupe fasciste Elleniki Lyssi (4,5 %). Un autre groupe fascisant frôle 3 %, et d’autres sont à moins de 1 %, ce qui, ajouté au poids de l’extrême droite dans ND, forme un ensemble des plus menaçants. Raison supplémentaire pour que la gauche prenne enfin ses responsabilités avant les probables élections de juillet : face à la politique néolibérale dure d’une droite affairiste et répressive liée à l’extrême droite, il faut mettre fin à la division suicidaire autour de campagnes communes, par exemple contre les refoulements de réfugiéEs ou contre les confiscations par les banques des ­logements de modestes propriétaires.

À Athènes

https://nouveaupartianticapitaliste.org/actualite/international/grece-lourde-defaite-de-la-gauche-plus-que-jamais-divisee

Ce que les graffitis athéniens ont à nous dire

Poésie et lutte sur les murs d’Athènes.

Illustration 1Cette ville est à nous de part en part

Athènes est, après les îles grecques de la mer Egée, la porte d’entrée vers l’Europe pour des milliers d’exilés, immigrés, réfugiés venus du monde entier. Véritable melting-pot culturel, elle accueille depuis toujours ceux qui viennent s’y installer durablement, ou ne font qu’y passer en attendant de continuer leur route.

Illustration 2Les violeurs ne sont pas une race à part. Ce sont des hommes de tous les jours.

Illustration 3Visitez Kipseli comme un habitant du coin. Trouvez un job pour 3,5 € l’heure

En Grèce, le salaire minimum est de 780 euros depuis le 1er avril dernier. Pourtant, les prix ne cessent de flamber. Kipseli est un quartier populaire du nord-est de la capitale.

Illustration 4Flics partout, hôpitaux nulle part

Depuis la pandémie de covid, les effectifs des policiers ont été augmentés alors que les soignants ne cessent d’alerter sur leur manque d’effectifs.

Illustration 5Ioanna je t’aime

Illustration 6Réfugiés bienvenue. Touristes allez vous faire foutre!

Illustration 7Sans Zackie, pas de paix

Zak Kostopoulos, ou Zackie, était un militant LGBT tué le 21 septembre 2018 dans le quartier d’Omonia. Passé à tabac par un bijoutier et des passants, bientôt rejoints par des policiers, il est décédé dans l’ambulance qui l’emmenait à l’hôpital. L’affaire a ému le pays entier et Zackie est devenu le symbole de la lutte contre les violences policières et pour les droits des personnes LGBT en Grèce.

Illustration 8Peu importe où on va et ce qu’on porte, on mérite de se sentir en sécurité partout

Illustration 9Merde à la société du spectacle

Illustration 10

Illustration 12Grèce, Turquie, Macédoine, nos ennemis sont les banques et les ministères

Illustration 13Kipseli antifa

Illustration 14Ce qui se passe à Petrou Ralli n’est un secret pour personne / Centre de détention = enfer

Petrou Ralli est le nom du quartier d’Athènes dans lequel se trouve le centre de rétention administrative dans lequel sont enfermés les étrangers en attente d’expulsion. Certains vivent en Grèce depuis des années mais n’ont pas les moyens de renouveler leur carte de séjour. Depuis plusieurs années, des médias indépendants alertent sur les conditions inhumaines dans lesquelles ils sont enfermés: insalubrité, violences policières, harcèlement sexuel.

Illustration 15Le fouet pour les violeurs

Illustration 16Manger de la viande c’est la mort

Illustration 17

Certains yeux voient

Source https://blogs.mediapart.fr/550506/blog/120523/ce-que-les-graffitis-atheniens-ont-nous-dire-1

Translate »